Agrég et Capes de Philosophie

Forum pour les candidats au capes et à l'agrégation de philosophie
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Demande conseil / parcours agrégation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clay Menthal



Nombre de messages : 7
Age : 25
Lieu de résidence : CHARTRES
Date d'inscription : 23/12/2015

MessageSujet: Demande conseil / parcours agrégation   Mer 23 Déc - 16:32

Bonjour à tous,

Mon parcours est un peu particulier et j'aimerai des conseils.
A la suite d'un bac ES où j'ai eu 20 en philosophie, je suis parti en prépa B/L où la philosophie était ma matière forte et où j'ai presque systématiquement majoré.
A l'époque, je voulais m'orienter en philosophie, mais j'ai eu peur des résultats aux concours CAPES/Agreg et ne pouvant financièrement assurer en cas d'échec répétés, j'ai préféré partir dans une autre voie.

J'ai ainsi validé un master en urbanisme avec 1 an d'expérience. Je serai au chomage en janvier, et envisage sérieusement...de reprendre des études en philosophie, à la rentrée 2016, pour passer ces fameux concours qui me faisaient si peur à l'époque !
Ayant un peu d'argent de côté, mes problèmes financiers se sont atténués.
J'aurai alors 24ans à la rentrée 2016.
A coté de cela, j'ai enseigné la philosophie en milieu carcéral sur mon temps librbe et participe à une revue littéraire, la philo ne m'a jamais vraiment quitté et j'adore au plus profond de mon corps cette discipline.

Bref, je me dis que je dois tenter, sinon je vais le regretter toute ma vie. De plus, ayant un master en urbanisme, je garde une petite sécurité si tout capote...

Le propos introductif étant terminé, voici donc ma question :

Quelle préparation vous semble, à la vue de mon parcours, la mieux adaptée ?

- s'inscrire dans une ESPE et faire un MEEF niveau M1 ?
- reprendre un M1 classique (PIV, PI, Nanterre, j'envisage la fac de Strasbourg également) et enquiller pour 2ans minimum, en sachant que j'ai "le droit" de passer les concours pour la session de 2017 puisque j'ai validé un niveau M2.
- faire une prépa agreg pure dans une fac parisienne en 1an, non diplomante ?
- étudier à distance la philosophie et préparer les concours par moi-même
- enfin : 24ans, est-ce trop tard ?

Etant au chomage sur la période janvier-aout (en gros), je me laisse le temps de réviser intensivement avant la rentrée.

Merci beaucoup de vos réponses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
homo*viator



Nombre de messages : 86
Age : 32
Lieu de résidence : reims
Date d'inscription : 28/10/2007

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Jeu 24 Déc - 0:06

Moi je dirais prépa agreg plus éventuellement suivre quelques cours de licence "à la carte" pour se dérouiller un peu (reprendre un peu contact avec l'histoire des concepts philosophiques). L'inscription en master signifie devoir faire des recherches et écrire un mémoire sur un sujet très spécialisé. Si c'est le concours que tu vises c'est à mon sens une perte de temps. En outre les séminaires que tu suivras en master sont en général très éloignés (car trop spécialisés) de ce dont on peut avoir besoin lorsqu'on prépare le capes (pour l'agreg c'est moins vrai mais dans ce cas ça dépend des thèmes abordés par les professeur et leur corrélation avec le programme). Ce n'est pas forcément le plus passionnant mais d'un point de vue purement stratégique je pense que c'est le mieux.
Après je fais partie des éternels recalés au concours donc mon opinion vaut ce qu'elle vaut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clay Menthal



Nombre de messages : 7
Age : 25
Lieu de résidence : CHARTRES
Date d'inscription : 23/12/2015

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Jeu 24 Déc - 1:13

Okok, ton avis est intéressant.
Il me semble que pour entrer en prépa agreg il faut avoir valider un master de philo non ? Dans le cas cette option est compromise...
Si il faut juste un "niveau", qu'importe la discipline, alors ca pourrait le faire.
Si tu as des infos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki-onna

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 64
Lieu de résidence : Gunkanjima
Date d'inscription : 02/11/2015

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Jeu 24 Déc - 3:08

Clay Menthal a écrit:

Il me semble que pour entrer en prépa agreg il faut avoir valider un master de philo non ?

N'importe quel master fait l'affaire, les facs sont assoiffées de candidats...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clay Menthal



Nombre de messages : 7
Age : 25
Lieu de résidence : CHARTRES
Date d'inscription : 23/12/2015

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Jeu 24 Déc - 17:04

Okok
D'autres avis ou conseils ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'abou

avatar

Nombre de messages : 999
Age : 38
Lieu de résidence : ici et là
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Jeu 24 Déc - 19:19

Il est vraisemblable que ce dont tu auras le plus besoin en termes de préparation ce sont des écrits et des oraux blancs. Cela, il n'y a qu'une prépa concours qui le propose (même si rien ne t'empêche par ailleurs de t'inscrire dans un M1 ou M2 à condition de savoir repousser les échéances qui lui sont propres en fonction des urgences de la préparation des concours). Du coup, je tends à donner le même conseil que celui déjà donné.

Il est vraisemblable que la plupart des facs ne feront pas la fine bouche quant à la nature du M2 détenu pour s'inscrire en prépa agreg; se renseigner suffisamment à l'avance, cependant, est une bonne idée.

(24 ans: pas trop tard.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr_Z



Nombre de messages : 1751
Age : 43
Lieu de résidence : Twin Peaks
Date d'inscription : 28/05/2008

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Sam 26 Déc - 11:02

je vote pour "faire une prépa agreg" aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clay Menthal



Nombre de messages : 7
Age : 25
Lieu de résidence : CHARTRES
Date d'inscription : 23/12/2015

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Sam 26 Déc - 12:19

Merci pour tous les conseils.
Pensez-vous que faire un M1 généraliste, par exemple à distance pour ne pas s'encombrer d'un emploi du temps se chevauchant, est possible en même temps qu'une prépa agreg ?
De ma prépa littéraire, j'ai surtout retiré une méthode. Si j'ai certains domaines où je pense ne pas être trop mauvais (certains auteurs notamment), il me reste des impasses ou des lacunes en terme de connaissances purement théoriques (définition précise d'une notion, connaissance claire d'un auteur...).
Pensez-vous qu'en me motivant bien en 6/7 mois de travail préalable (de février à aout en gros) je puisse arriver en prépa agreg avec le niveau de culture demandée ? D'ailleurs, quel est ce niveau et est-il explicite ?
Si je compare à quelqu'un qui fait de la philosophie 40h ou 50h par semaine depuis la terminale, il est clair que j'ai un petit retard.
Mon avantage, il est sur la manière de cerner les questions, de problématiser, d'introduire le propos et d'inscrire une transition dans ma pensée, de questionner les questions et les formulations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nasri



Nombre de messages : 8
Age : 26
Lieu de résidence : Lyon
Date d'inscription : 07/02/2015

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Sam 26 Déc - 12:43

Bonjour,

Je ne crois pas qu'aucun élève travaille 40 ou 50h de philo par semaine depuis la terminale...
Je ne sais pas exactement quelle est ta culture philosophique, mais, de toute façon, les épreuves de l'agrégation et du Capes ne sont pas des épreuves de culture générale philosophique. Il faut plutôt penser en terme de manière de réfléchir qu'en termes de "niveau de culture demandée". Si tu as une méthode de dissertation correcte, que tu sais poser un problème clair et mener une argumentation pour le résoudre, alors tu disposes de tout ce dont tu as besoin pour l'exercice de dissertation en philo générale. Dans l'absolu, une copie de philosophie générale peut très bien se faire sans aucune référence ; en réalité, si tu maîtrises bien 4-5 auteurs, alors tu es toujours capable de trouver quoi dire...
J'ajoute d'ailleurs que ce que tu penses être une lacune, à savoir ton parcours en dehors de l'itinéraire classique des études de philo, peut tout à fait être un avantage même dans le cadre des exercices proposés aux concours : tu as des références que les autres candidats n'auront pas.
En résumé, si j'avais un conseil à te donner, ce n'est pas de combler tes "lacunes", car, de fait, tu en auras toujours à combler, mais au contraire de faire fructifier ce que tu sais déjà. Relis les auteurs que tu connais et apprends à les utiliser sur tout type de sujet. Ceci vaut en fait pour la seule épreuve de philosophie générale (agreg et Capes).
Pour les autres épreuves, tu auras des cours qui te seront offerts en prépa agreg qui te permettront normalement d'avoir une culture précise sur telle notion ou tel auteur.

Soit dit en passant, tout ceci constitue les "conseils" de quelqu'un qui passe les concours cette année, qui n'a donc pas encore éprouvé l'efficacité de cette méthode Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'abou

avatar

Nombre de messages : 999
Age : 38
Lieu de résidence : ici et là
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Sam 26 Déc - 12:50

Ils n'en sont pas moins très raisonnables.

Faire un M1 recherche à distance, si tu trouves de quoi (je connais mal l'enseignement de la philosophie à distance), c'est plutôt une bonne idée dans ces conditions. Le truc, c'est que si par ailleurs tu t'inscris à une prépa agreg pour bénéficier d'entraînements corrigés, étant entendu que l'oral se prépare très tôt (idéalement, en même temps que l'écrit), tu vas probablement payer deux inscriptions. Il faut regarder aussi les calendriers qu'impose l'enseignement à distance et leur compatibilité avec l'autre formation et les épreuves des concours; bref, il faut regarder comment ça s'organise dans le détail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ionas



Nombre de messages : 61
Age : 39
Lieu de résidence : Paris
Date d'inscription : 15/10/2007

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Dim 27 Déc - 21:08

Bonjour Clay !
J'ajouterai que la première question est de savoir si tu te sens attiré par le métier de professeur de philosophie en classe de Terminale ; beaucoup se focalisent sur la difficulté des concours et déchantent lorsqu'ils se rendent compte des conditions réelles du métier. Il faut avoir une grosse fibre de pédagogue et une certaine fibre d'éducateur et animateur. Sinon, il y a tellement d'autres métiers auxquels on ne pense pas spontanément et qui te sont accessibles avec ton parcours déjà solide.
Bon discernement à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clay Menthal



Nombre de messages : 7
Age : 25
Lieu de résidence : CHARTRES
Date d'inscription : 23/12/2015

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Lun 28 Déc - 16:46

Oui merci ! Ayant déjà enseigné en milieu carcéral, j'ai une petite idée de la chose Smile
Je voulais savoir : je n'ai jamais fait de latin ou de grec de manière assidue.
De quelle nature est le handicap ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romuald

avatar

Nombre de messages : 695
Age : 44
Lieu de résidence : Isère
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Lun 28 Déc - 17:25

Clay Menthal a écrit:

Je voulais savoir : je n'ai jamais fait de latin ou de grec de manière assidue.
De quelle nature est le handicap ?

Aucun pour les concours. A l'agrég. pour l'oral, tu as le choix entre un texte anglais, allemand, italien, arabe, grec ou latin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PhiPhilo



Nombre de messages : 319
Age : 64
Lieu de résidence :
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Mar 29 Déc - 10:28

Romuald a écrit:
Clay Menthal a écrit:

Je voulais savoir : je n'ai jamais fait de latin ou de grec de manière assidue.
De quelle nature est le handicap ?

Aucun pour les concours. A l'agrég. pour l'oral, tu as le choix entre un texte anglais, allemand, italien, arabe, grec ou latin.
Tout dépend de ce que vous entendez par "de manière assidue". Si vous avez de bonnes bases permettant de saisir, dans ses grandes lignes tout au moins, le latin de Spinoza ou le grec d'Aristote, pas de problème, en effet. En revanche, si vous n'y connaissez absolument rien, vous avez du souci à vous faire. Ce n'est pas une question d'aller ou non à l'oral, c'est, bien en amont, une question de compréhension de la structure syntaxique et sémantique des textes que vous lisez (je dirais la même chose, bien entendu, pour n'importe quelle autre langue en quoi serait rédigé, à l'origine, un texte philosophique quelconque).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phiphilo.blogspot.fr/
Yuki-onna

avatar

Nombre de messages : 20
Age : 64
Lieu de résidence : Gunkanjima
Date d'inscription : 02/11/2015

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Mar 29 Déc - 14:09

PhiPhilo a écrit:
Romuald a écrit:
Clay Menthal a écrit:

Je voulais savoir : je n'ai jamais fait de latin ou de grec de manière assidue.
De quelle nature est le handicap ?

Aucun pour les concours. A l'agrég. pour l'oral, tu as le choix entre un texte anglais, allemand, italien, arabe, grec ou latin.
Tout dépend de ce que vous entendez par "de manière assidue". Si vous avez de bonnes bases permettant de saisir, dans ses grandes lignes tout au moins, le latin de Spinoza ou le grec d'Aristote, pas de problème, en effet. En revanche, si vous n'y connaissez absolument rien, vous avez du souci à vous faire. Ce n'est pas une question d'aller ou non à l'oral, c'est, bien en amont, une question de compréhension de la structure syntaxique et sémantique des textes que vous lisez (je dirais la même chose, bien entendu, pour n'importe quelle autre langue en quoi serait rédigé, à l'origine, un texte philosophique quelconque).

Nawak ! (Ce mot qui signifie dans l'idiome de mon archipel : "très vénérable vieillard, tu as toujours raison".)

EDIT : Qu'est-ce, dans ta langue, qu'une "structure sémantique" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PhiPhilo



Nombre de messages : 319
Age : 64
Lieu de résidence :
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Mer 30 Déc - 10:27

Yuki-onna a écrit:
EDIT : Qu'est-ce, dans ta langue, qu'une "structure sémantique" ?
C'est l'idée qu'on ne comprend jamais un terme, en soi ou dans l'absolu, mais en fonction des relations sémantiques (les relations de sens) que ce terme entretient avec les autres termes d'un schème conceptuel donné (cf. à titre d'exemple, la façon dont je traite les notions aristotéliciennes de mimèsis et de katharsis dans l'Enjeu Ethique de la Littérature). Une "structure sémantique" est donc l'ensemble des relations intra et extra-textuelles que le lecteur doit impérativement établir entre certains termes-clés d'un corpus sous peine de commettre un faux-sens (à  la limite, un contre-sens) sur l'un au moins de ces termes. D'où l'importance d'une maîtrise minimale de la langue d'origine du corpus en question, car la traduction a, parfois, tendance à banaliser le sens d'un terme-clé (c'est le cas, selon moi de la traduction standard de mimèsis par "imitation" dans la Poétique). Ce qui ne veut pas nécessairement dire que la traduction est "mauvaise", mais simplement que le traducteur ne dispose pas, pour la langue-cible, d'équivalent du terme qui, dans la langue-source, incite à la problématisation. Raison pour laquelle certains traducteurs renoncent à traduire virtù, conatus, Dasein, etc. Voilà, vénérable lectrice (mais, à moins que vous ne trichiez sur votre âge, nous avons à peu près le même, non ?).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phiphilo.blogspot.fr/
l'abou

avatar

Nombre de messages : 999
Age : 38
Lieu de résidence : ici et là
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Sam 2 Jan - 14:49

Romuald a écrit:
Clay Menthal a écrit:

Je voulais savoir : je n'ai jamais fait de latin ou de grec de manière assidue.
De quelle nature est le handicap ?

Aucun pour les concours. A l'agrég. pour l'oral, tu as le choix entre un texte anglais, allemand, italien, arabe, grec ou latin.

En étudiant de près des auteurs dont la langue est le grec ou le latin, tu auras, inévitablement, à t'intéresser à certaines difficultés de traduction, certes. Mais Romuald a raison : pour les concours (pour l'agrégation, à plus forte raison pour le capes), n'être ni latiniste à proprement parler ni helléniste à proprement parler n'est pas un handicap. On peut supposer que ça le sera de moins en moins (et on pourrait même, en un sens, le regretter).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PhiPhilo



Nombre de messages : 319
Age : 64
Lieu de résidence :
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Dim 3 Jan - 10:00

Citation :
pour les concours (pour l'agrégation, à plus forte raison pour le capes), n'être ni latiniste à proprement parler ni helléniste à proprement parler n'est pas un handicap. On peut supposer que ça le sera de moins en moins
C'est absolument faux. Comme le disait Bourdieu (justement à propos de l'enseignement précoce du latin), l'abandon officiel d'un critère de sélection n'a jamais fait disparaître ce critère en tant que signe extérieur de richesse symbolique. Tout au contraire : à partir de ce point, seuls les privilégiés sont capables de le manifester avec aisance, augmentant par là-même le fossé qui les séparent de ceux qui, jusqu'alors, officiellement prévenus de la valeur de ce critère, le cultivaient laborieusement mais avec fruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phiphilo.blogspot.fr/
l'abou

avatar

Nombre de messages : 999
Age : 38
Lieu de résidence : ici et là
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Dim 3 Jan - 11:08

PhiPhilo a écrit:
Citation :
pour les concours (pour l'agrégation, à plus forte raison pour le capes), n'être ni latiniste à proprement parler ni helléniste à proprement parler n'est pas un handicap. On peut supposer que ça le sera de moins en moins
C'est absolument faux. Comme le disait Bourdieu (justement à propos de l'enseignement précoce du latin), l'abandon officiel d'un critère de sélection n'a jamais fait disparaître ce critère en tant que signe extérieur de richesse symbolique. Tout au contraire : à partir de ce point, seuls les privilégiés sont capables de le manifester avec aisance, augmentant par là-même le fossé qui les séparent de ceux qui, jusqu'alors, officiellement prévenus de la valeur de ce critère, le cultivaient laborieusement mais avec fruit.

La question comprenait le terme « handicap » et nous parlons ici d'un concours. « Fossé » est singulier ; conjuguer correctement, en revanche, est à conseiller pour les écrits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PhiPhilo



Nombre de messages : 319
Age : 64
Lieu de résidence :
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Dim 3 Jan - 11:19

Citation :
La question comprenait le terme « handicap » et nous parlons ici d'un concours
Parce que, bien entendu, un "fossé" n'est pas un handicap, tout particulièrement dans un concours, c'est-à-dire dans un contexte de concurrence explicite ! Par ailleurs, la question précise portait sur la nature du handicap pour quelqu'un qui n'a jamais pratiqué "de manière assidue" le latin ni le grec. D'où mon interrogation au sujet de ce "de manière assidue". Du coup, répondre que "n'être ni latiniste à proprement parler ni helléniste à proprement parler n'est pas un handicap" ajoute du flou au flou. Que doit-on entendre par "à proprement parler" ?

Citation :
« Fossé » est singulier ; conjuguer correctement, en revanche, est à conseiller pour les écrits.
Au temps pour moi : le fossé qui les sépare. Cela dit, d'une part, il ne s'agit pas, en l'occurrence, d'une erreur de conjugaison mais d'une faute d'accord, et d'autre part, on est toujours en présence de la même imposture : quand on n'a rien à dire sur le fond ... on se raccroche à ce qu'on peut pour faire le malin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phiphilo.blogspot.fr/
l'abou

avatar

Nombre de messages : 999
Age : 38
Lieu de résidence : ici et là
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Dim 3 Jan - 12:22

Je laisse de côté vos attaques personnelles, elles ne m'intéressent pas plus que quiconque à part vous, c'est-à-dire qu'elles ne m'intéressent pas du tout.

PhiPhilo a écrit:
Citation :
La question comprenait le terme « handicap » et nous parlons ici d'un concours
Parce que, bien entendu, un "fossé" n'est pas un handicap, tout particulièrement dans un concours, c'est-à-dire dans un contexte de concurrence explicite ! Par ailleurs, la question précise portait sur la nature du handicap pour quelqu'un qui n'a jamais pratiqué "de manière assidue" le latin ni le grec. D'où mon interrogation au sujet de ce "de manière assidue". Du coup, répondre que "n'être ni latiniste à proprement parler ni helléniste à proprement parler n'est pas un handicap" ajoute du flou au flou. Que doit-on entendre par "à proprement parler" ?

Je ne prétends pas qu'un fossé n'est pas un handicap : c'est vous qui parlez de fossé et je ne suis, Dieu merci, pas comptable des mots que vous employez, quelle idée étrange vous avez là.

Ne perdez pas de vue qu'il faut essayer de répondre aussi exactement qu'utilement à la question d'origine. J'explique donc, puisqu'il le faut, ma remarque précédente.

Vous répondez en fait à la question de savoir si c'est un avantage pour les concours que d'être latiniste et helléniste. À cette question, la réponse est celle que vous donnez : c'est un avantage. On pouvait s'en douter ; point n'est besoin d'habiller de longs discours cette évidence.

Vous ne répondez pas, en revanche, à la question posée au départ, qui est de savoir si c'est un handicap que de ne pas l'être. À cette question, différente, Romuald a répondu correctement.

Pour être plus précis : oui, en contexte de concours, ne pas savoir ce que d'autres savent et ne pas maîtriser ce que d'autres maîtrisent est un handicap relativement à ceux-ci. Simplement, sur cet aspect, la concurrence n'est plus aujourd'hui ce qu'elle fut ─ c'est le fait qu'il faut prendre en compte. Les lauréats qui n'ont que peu fréquenté les langues anciennes sont aujourd'hui très nombreux ; ceux qui ont fait du latin et du grec sont une toute petite minorité, et ils ne sont même qu'une petite minorité parmi les élèves des ENS. À titre personnel, le latin m'a aidé à intégrer Ulm et j'ai fait un peu de grec à l'intérieur de cette institution : c'était il y a un moment déjà (fin des années 1990), et la description que je viens de donner à l'instant était déjà valable ; quelques hellénistes, quelques latinistes (la proportion hellénistes / latinistes variant assez fortement d'une année sur l'autre), et presque personne qui maîtrise un minimum les deux ─ parmi les candidats aux concours de philosophie, s'entend.

Il demeure donc qu'en savoir assez pour comprendre les enjeux de traduction que le commentaire courant a identifiés, ce qui ne requiert que très peu de connaissances, est en pratique suffisant pour les concours, c'est-à-dire pour les obtenir, tant qu'on ne choisit ni le grec ni le latin à l'épreuve orale de traduction-explication en langue étrangère de l'agrégation, évidemment. Ici comme ailleurs le niveau des candidats décide du niveau des concours.

Pour conclure, il y a très probablement d'autres urgences pour Clay-Menthal que de tâcher d'obtenir de façon accélérée un niveau L2 ou supérieur en latin et en grec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romuald

avatar

Nombre de messages : 695
Age : 44
Lieu de résidence : Isère
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Dim 3 Jan - 20:36

l'abou a écrit:
Simplement, sur cet aspect, la concurrence n'est plus aujourd'hui ce qu'elle fut ─ c'est le fait qu'il faut prendre en compte. Les lauréats qui n'ont que peu fréquenté les langues anciennes sont aujourd'hui très nombreux ; ceux qui ont fait du latin et du grec sont une toute petite minorité, et ils ne sont même qu'une petite minorité parmi les élèves des ENS.

Il y a eu une implosion de la culture antique dans les dix dernières années, elle est sans doute aujourd'hui beaucoup moins discriminante dans l'univers de la philosophie que la culture scientifique. (Il suffit de regarder le nombre de normaliens philosophes qui s'engagent aujourd'hui dans des thèses en antique, le champ est laissé aux littéraires/linguistes).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PhiPhilo



Nombre de messages : 319
Age : 64
Lieu de résidence :
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Lun 4 Jan - 8:10

Citation :
Je laisse de côté vos attaques personnelles, elles ne m'intéressent pas plus que quiconque à part vous, c'est-à-dire qu'elles ne m'intéressent pas du tout.
Que de temps perdu à souigner qu'il n'y a pas lieu de souligner ce que, de fait, l'on souligne !

Citation :
Je ne prétends pas qu'un fossé n'est pas un handicap : c'est vous qui parlez de fossé et je ne suis, Dieu merci, pas comptable des mots que vous employez, quelle idée étrange vous avez là. [...]

Vous répondez en fait à la question de savoir si c'est un avantage pour les concours que d'être latiniste et helléniste. À cette question, la réponse est celle que vous donnez : c'est un avantage. On pouvait s'en douter ; point n'est besoin d'habiller de longs discours cette évidence.

Vous ne répondez pas, en revanche, à la question posée au départ, qui est de savoir si c'est un handicap que de ne pas l'être. À cette question, différente, Romuald a répondu correctement.

Pour être plus précis : oui, en contexte de concours, ne pas savoir ce que d'autres savent et ne pas maîtriser ce que d'autres maîtrisent est un handicap relativement à ceux-ci. Simplement, sur cet aspect, la concurrence n'est plus aujourd'hui ce qu'elle fut ─ c'est le fait qu'il faut prendre en compte. Les lauréats qui n'ont que peu fréquenté les langues anciennes sont aujourd'hui très nombreux ; ceux qui ont fait du latin et du grec sont une toute petite minorité, et ils ne sont même qu'une petite minorité parmi les élèves des ENS. À titre personnel, le latin m'a aidé à intégrer Ulm et j'ai fait un peu de grec à l'intérieur de cette institution : c'était il y a un moment déjà (fin des années 1990), et la description que je viens de donner à l'instant était déjà valable ; quelques hellénistes, quelques latinistes (la proportion hellénistes / latinistes variant assez fortement d'une année sur l'autre), et presque personne qui maîtrise un minimum les deux ─ parmi les candidats aux concours de philosophie, s'entend.

Il demeure donc qu'en savoir assez pour comprendre les enjeux de traduction que le commentaire courant a identifiés, ce qui ne requiert que très peu de connaissances, est en pratique suffisant pour les concours, c'est-à-dire pour les obtenir, tant qu'on ne choisit ni le grec ni le latin à l'épreuve orale de traduction-explication en langue étrangère de l'agrégation, évidemment. Ici comme ailleurs le niveau des candidats décide du niveau des concours.

Pour conclure, il y a très probablement d'autres urgences pour Clay-Menthal que de tâcher d'obtenir de façon accélérée un niveau L2 ou supérieur en latin et en grec.
Ouh la la ... Quelle logorrhée ! Que de contorsions rhétoriques pour éviter de reconnaître qu'on a tort (en l'occurrence, qu'il n'a pas été répondu à la question posée) !

Citation :
Ne perdez pas de vue qu'il faut essayer de répondre aussi exactement qu'utilement à la question d'origine. J'explique donc, puisqu'il le faut, ma remarque précédente
Hahaha ... Mort de rire ! Non, par pitié, plus d'explication ... ça va ... on a compris !

Romuald a écrit:
Il y a eu une implosion de la culture antique dans les dix dernières années, elle est sans doute aujourd'hui beaucoup moins discriminante dans l'univers de la philosophie que la culture scientifique. (Il suffit de regarder le nombre de normaliens philosophes qui s'engagent aujourd'hui dans des thèses en antique, le champ est laissé aux littéraires/linguistes).
Tout cela est hors sujet ! La question initialement posée était :
Clay Menthal a écrit:

Je voulais savoir : je n'ai jamais fait de latin ou de grec de manière assidue.
De quelle nature est le handicap ?
Le problème n'est pas de savoir quel est le statut de "la culture antique [...] dans l'univers de la philosophie" mais si, oui ou non, c'est un handicap, pour quelqu'un qui envisage de tenter le Capes et/ou l'Agrégation de philosophie, de n'avoir pas pratiqué le latin et le grec "de manière assidue". La réponse est : 1) on ne peut pas comprendre certains textes canoniques du corpus philosophique sans avoir des notions de latin et de grec ; donc, oui, c'est un handicap si on n'a aucune notion de latin ni de grec (non seulement dans l'absolu, mais aussi, relativement aux autres candidats qui en auront) et, in fine, 2) tout dépend de ce que le questionneur entend par "je n'ai jamais fait de latin ou de grec de manière assidue". Pffff ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phiphilo.blogspot.fr/
l'abou

avatar

Nombre de messages : 999
Age : 38
Lieu de résidence : ici et là
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   Lun 4 Jan - 10:42

À Clay Menthal de faire le tri, maintenant :·)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Demande conseil / parcours agrégation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Demande conseil / parcours agrégation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande conseil / parcours agrégation
» Demande de report de stage CAPET différée pour préparer l'Agrégation.
» Conseils, trucs et astuces pour préparer l'Agrégation !
» Dispo pour agrégation dès après l'année de stage.
» Congé formation agrégation interne : quelle durée demander ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agrég et Capes de Philosophie :: Fourre-Tout : pour parler d'autres choses. :: Etudier la philosophie-
Sauter vers: