Agrég et Capes de Philosophie

Forum pour les candidats au capes et à l'agrégation de philosophie
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Louise



Nombre de messages : 4
Age : 28
Lieu de résidence : Lyon
Date d'inscription : 25/02/2014

MessageSujet: Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)   Sam 2 Aoû - 12:05

Bonjour à tous!

Au cas où il plairait à quelques-uns d'échanger sur ce sujet (notamment peut-être aux étudiants lyonnais?), je lance ce post sur l'état de la préparation à l'enseignement à Lyon. A moins d'avoir manquée les informations importantes, il semble qu'il ne reste plus que le privé ou l'ENS pour assurer ce type de formation. L'année dernière, l'université Lyon-3 dispensait une préparation au Capes ainsi qu’un Master enseignement (les cours étaient partagés). Aujourd’hui, ces deux formations semblent avoir disparues; la fac « prépare » à l’agrégation uniquement.

Sans doute est-il prévu que l’ESPE lyonnaise ouvre un nouveau master enseignement, mais pour le moment, nenni sur le site qui renvoie… à celui de Lyon-3. Quelqu'un a-t-il des informations à ce propos?

A moins donc que l'ouverture du MEEF PHilo soit restée confidentielle, ce qu'il reste en terme de préparation à l'enseignement (et pas seulement au concours) est ou le privé avec la fac catho (1200 euros environ - l'année bien sûr) ou le collège supérieur de Philosophie, une curieuse chose que j'ai découverte en faisant des recherches sur le net: privé également, et orientation catholique également, dirigé par Mr Jean-Noel Dumont, partisan entre autre de la manif pour tous (Le mariage gay est tout de même une "agression idéologique" selon ce monsieur). Il reste l’option de la candidature sur dossier au master enseignement de l’ENS : excellence obligatoire, khâgneux voir cube et sans doute au moins admissibles à l’ENS ou aux concours seulement.

Personnellement, l'idée même de m'inscrire dans une fac ou institut privé et catholique, en aurais-je les moyens financiers, me rebute radicalement. N'est-il pas un peu accablant de constater cet état des choses? Si je peux être fermée d'esprit sur l'idée d'intégrer un "bastion catholique", il me semble que ces formations sont, en dehors de toute conviction personnelle, fermées aux étudiants sans moyens, ou qui ne seraient pas suivis par leurs parents (ce qui sous-entend encore un milieu aisé)...

Bref, l'université de Lyon a-t-elle tout relégué à "ses pairs" catholiques? Faut-il imaginer là-dessous la conspiration de quelque spiritualiste lobbyiste? Je me demande ce que font les étudiants de Lyon-3 qui veulent obtenir leur Capes: est-ce qu'ils déménagent ou intégrent sans problème (idéologique et financier) le privé?

Ou plus simplement, qu'attend donc l'ESPE pour ouvrir un MEEF philo à Lyon? Et qu'en est-il dans vos académies de ce master?

Les professeurs étaient bien là l'année dernière...et je ne parle tout de même pas d'une petite ville de province, mais de la 2e ville étudiante après Paris (ou pas loin)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meta

avatar

Nombre de messages : 3077
Age : 38
Lieu de résidence : In your mind
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)   Lun 11 Aoû - 12:00

Je ne suis pas surpris de cette mutation. Les facs étaient obligées de prévoir un dispositif pour l'enseignement niveau capes avec la précédente réforme. Avec le retour du l'éduc nat au système d'avant, je suppose que les UFR de philo reviennent aussi à leur forme d'avant, avec préparation à l'agrégation seulement (les facs proposaient avant seulement la préparation à l'agreg, en général, puisqu'en préparant l'agreg, on prépare le capes). De fait, je ne vois pas pourquoi tu cherches une préparation spécifique au capes et pas à l'agrégation (d'autant que l'ENS prépare à l'agreg et pas au capes). Si on prépare l'agreg, on prépare le capes. L'épreuve hors programme (écrit comme oral) de l'agreg suppose de connaître parfaitement le contenu du manuel de terminale, et c'est la même exigence pour le capes. Evidemment, il y a des cours spécifiques en plus pour l'agreg, mais pourquoi ne pas la passer ? La difficulté de l'agreg n'est pas très au-dessus de celle du capes en philo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamonde.over-blog.com/
Louise



Nombre de messages : 4
Age : 28
Lieu de résidence : Lyon
Date d'inscription : 25/02/2014

MessageSujet: Re: Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)   Mar 12 Aoû - 11:00

Je comprends mieux la mutation au niveau de la prépa concours si l'EN ré-applique un ancien système. Mais mon étonnement vient plutôt de l'absence du Master enseignement à Lyon. Ce n'est pas une question d'ordre personnel puisque j'ai déjà un master; mais une question (de plus?) à propos du nouveau rôle que doivent jouer les ESPEs; une question générale sur l'état de l'enseignement de la philosophie, et plus particulièrement sur la préparation à l'enseignement. Accessoirement, mon post m'a permis d'exprimer mon étonnement devant le fait que ce master existe dans d'autres académies, mais plus à Lyon où cependant la philo (niveau universitaire) est largement représentée dans les formations privées.  

Cette idée de master avec stage "pratique" en lycée me paraissait être une très bonne idée et une réforme nécessaire pour qui souhaite enseigner et pas "simplement" philosopher. On sait que la pratique de la philosophie en vue de cours pour Terminales n'est pas la même que la philo en vue des concours ou de la recherche. Je ne forme aucun jugement de valeur sur ces différentes pratiques, mais je pense que certains voient dans les concours de l'EN le seul recours pour continuer « la » Philosophie au terme de leurs études, alors que ces concours visent avant tout à recruter des enseignants du secondaire. Bref, je suis persuadée que ce n'est pas parce qu'on obtient son concours qu'on est nécessairement "fait" pour l'enseignement.

De fait, la formation pédagogique me parait importante lorsqu'on se destine à enseigner au lycée.  Lorsque j'étais étudiante en philo, nous étions plusieurs à nous offusquer de l'absence de ce type de formation  (Comment? enseigner sans y avoir été préparé?!). Des amis qui vivent à l'étranger trouvent cet état de chose pour le moins surprenant. Après je ne suis pas pour une formation pédagogique du genre "le développement intellectuel de l'adolescent depuis 1'apparition du smartphone" (  cheers ) mais l'opportunité, lorsque l'on prépare un concours d'enseignement, d'être accueillie par un prof de philo de terminale, de s'entretenir avec lui, de l'observer faire cours en première année pour ensuite construire des cours en deuxième, me semble important sinon nécessaire, formateur, et même plus cohérent que de connaître, dans le détail, les notes de bas de page de tel ouvrage (je grossi le trait pour l'exemple que je ne suis pas allée chercher bien loin).  

A moins de considérer le métier de prof comme une sous-catégorie sociale qui ne mérite pas de formation spécifique sous prétexte hypocrite de l'intelligence du lauréat. On connaît tout de même l'écart entre savoir et transmettre. Certes, depuis longtemps on apprend sur le tas, mais la coutume n'est pas la loi. Bien sûr que de très bon profs réussissent de cette manière, mais après combien d'année? A moins que je ne me trompe, l'enseignement n'est sans doute pas quelque chose d'inné.  

Remarque, ce sont peut-être des débats qui ont déjà été soulevé ici. Merci quand même de ta réponse, Méta. Pour te répondre plus directement, j'ai du retard en terme de culture philosophique: j'ai parié sur une préparation intense et personnelle au capes pour le rattraper avant de chercher à me spécialiser en fonction du programme de l'agreg - qui me paraît cependant tout à fait stimulant. Bref, c'est par précaution (affermir/construire les bases), manque d'assurance (je ne suis pas digne de l'agreg) et urgence (il est temps de gagner sa vie: visons le plus accessible) que je privilégie le capes. Par ailleurs, je ne crois pas du tout à la préparation à l'agreg de Lyon3 pour différentes raisons (un concours blanc annuel, un cours sur Marx assuré par un métaphysicien spiritualistico-mystique/ même s'il y a quelque bons profs (dont JF Pradeau) qui l'assure. J'irais peut-être suivre en auditeur libre les cours de ce dernier et de philo G par ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meta

avatar

Nombre de messages : 3077
Age : 38
Lieu de résidence : In your mind
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)   Mar 12 Aoû - 12:59

La formation de prof n'est jamais dispensée à l'université ; dans les UFR de philo, il n'y a que de la connaissance, rien sur le métier de prof ; beaucoup de profs de fac seraient d'ailleurs incapables d'enseigner en lycée. La formation est dispensée par les IUFM, et de l'avis de TOUTES les personnes avec qui j'en ai parlé, c'est du 80% à jeter. La seule chose qui fonctionne, c'est comme tu le dis, d'aller dans les salles de cours, voir des situations diverses, discuter avec les profs ; ça, et une formation sur "l'échelle des sanctions" et la "gestion de l'autorité".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamonde.over-blog.com/
Louise



Nombre de messages : 4
Age : 28
Lieu de résidence : Lyon
Date d'inscription : 25/02/2014

MessageSujet: Re: Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)   Mar 12 Aoû - 13:48

C'est bien ce qui se passait dans le master enseignement qui a disparu: juste un stage sur deux ans en lycée avec un prof référent . Il n'y avait rien de plus du genre à jeter IUFM : ça semblait idéal et enfin bien pensé... Neutral
Et c'est la formule que suit actuellement la fac catho, avec des lycées publics et privés je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lyon: sacerdoce nécessaire, ou espe retardataire? (capes)
» Dossier réflexif
» J'ai mon master 1 et j'ai raté le Capes... l'ESPE de Paris refuse mon inscription en master 2.
» Laureat du capes réservé : dois-je suivre la formation en ESPE ?
» Inscription à l'ESPE après réussite au Capes - Informations introuvables !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Agrég et Capes de Philosophie :: Fourre-Tout : pour parler d'autres choses. :: Etudier la philosophie-
Sauter vers: